Image du diaporama : Territoire 01
Vous êtes actuellement dans l'arboresence suivante :

Zone de transition entre les pré-Alpes et l’avant-pays genevois, l’agglomération d’Annecy occupe un site privilégié en raison de son patrimoine naturel. Le territoire urbain et péri-urbain est dominé par plusieurs sommets qui composent un paysage contrasté.
C’est sur les bords du lac, à l’époque du néolithique moyen, vers 3.600 av. J.-C., que les premiers villages se sont élevés.

La notion de patrimoine naturel associe principalement deux notions :

  1. la notion de « patrimonialité » qui évoque une notion de valeur intrinsèque et un besoin de conservation, voire de gestion restauratoire.
  2. la notion de Nature, éventuellement déclinée en :
    • nature vivante (avec un principe de naturalité) ;
    • nature minérale et fossile (sous forme de patrimoine géologique, paléontologique, puits de carbone, etc.)
    • nature en tant qu'élément du paysage, également marqué par l'homme et donc aussi élément du patrimoine historique et culturel.

Dans l'acception générale, le patrimoine naturel, est comme le patrimoine culturel et architectural, un bien commun, mais encore relativement épargné par l'empreinte de l'Homme, à gérer « en bon père de famille » et à léguer aux générations futures. Mais au lieu d'avoir été construit par l'Homme, il résulte de l'évolution et parfois des interactions entre l'homme et la nature. Ce patrimoine est aussi une somme de ressources naturelles (avec l'idée que le tout est plus que la somme des parties) pour des "titulaires" qui sont l'ensemble des espèces vivantes, dont l'humanité fait partie, et pour les générations futures.

À la différence du patrimoine géologique, historique, architectural, etc, mais comme une partie du patrimoine culturel, il comprend aussi ce qui auto-entretient ces ressources (la biodiversité et ses capacités intrinsèques d'auto-entretien et d'évolution adaptative, en l'occurrence). Une composante du patrimoine naturel peut être considéré comme patrimoine immatériel. Elle est souvent intégrée dans le bien commun, mais fait aussi l'objet d'appropriation et de privatisation.